Title

Inside Out: Making and Breaking Boundaries in Race, Gender, and Education in France and the United States

Titles of the Individual Presentations in a Panel

Panelist 1 Name : Juliette Carrion Panelist 1 Paper : Le féminisme en France et aux Etats-Unis : 2000 à 2013 Panelist 2 Name : Julie Whiddon Panelist 2 Paper : La réception des musiciens Afro-Américains à Paris dans les années 20 Panelist 3: Michael Vo Panelist 3 Paper : Les garçons et la langue de l’amour : pourquoi n’apprennent-ils pas le français ? Panelist 4 Name : Mary Fisher Panelist 4 Paper : Une attaque au cœur de la république: Quelles sont les implications des attaques racistes contre Christiane Taubira ?

Subject Area

French and Francophone Studies

Abstract

Panel Abstract:

Regardless of where one lives, race and gender present several unique challenges. This panel will focus on the acceptance of differences and overcoming common misconceptions that lead to conflicts in a society. This dilemma is universal as both the citizens of France and the United States must adapt to differences amongst themselves. The panel will discuss the implications of these issues in various settings. One presentation will examine the racism directed toward Christiane Taubira, a woman of color and French minister of Justice. A second paper will concentrate on gender identity and masculinity among young adolescent males learning French. A third presenter will discuss the impact of feminism and how it can shape current and future societies. The final presentation will explore the acceptance of African American musicians in post-war France and the historical motivations for leaving the United States to perform abroad. The objective of this panel is to facilitate a dialogue that encourages the exchange of ideas to affect positive change in race and gender relations.

Panelist 1 Name : Juliette Carrion Panelist 1 Paper : Le féminisme en France et aux Etats-Unis : 2000 à 2013

« Laissons donc là nos querelles d’hier. Toutes dans l’union, menons notre guerre. Devenons de nos mères les vengeresses et que nos filles disent et reconnaissent : Voilà ! Les sœurs suffragettes ! » En vous rendant au cinéma en 1964, vous pouviez entendre ces mots chantés avec enthousiasme par le personnage de Mrs Banks, joué par Glynis Johns, dans la production Walt Disney, Mary Poppins. Cette histoire dont l’action se déroule dans les années 1910, présente entre autres le personnage de Madame Banks, une mère de famille qui se bat pour obtenir le droit de vote et l’égalité des sexes. Cette lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes, aussi appelé féminisme, a déjà plus d’un siècle et comme tout mouvement, elle a connu une évolution à travers les années. On reconnait principalement trois périodes. La première vague de féminisme dont Mrs Banks et Florence Nightingale font partie couvre les années 1870 aux années 1930. Nous retrouvons ensuite la seconde vague, probablement la plus célèbre, qui connait ses début au cours des années 1960. Puis, nous avons une dernière vague qui voit le jour à la fin des années 80 et qui est toujours active aujourd’hui. Dans cet essai, nous tenterons de déterminer la particularité du féminisme des années 2000 en nous concentrant sur les Etats-Unis et la France. Tout d’abord, nous verrons comment il s’ancre dans une lignée de vagues féministes puis nous analyserons comment cette troisième vague s’est adaptée à la société. Puis pour finir, nous tenterons de répondre aux critiques auxquelles le mouvement fait face.

Panelist 2 Name : Julie Whiddon Panelist 2 Paper : La réception des musiciens Afro-Américains à Paris dans les années 20

Dans les années vingt, le jazz a explosé en toute sa popularité en France, ce qui a commencé une migration constante et soutenue des Afro-Américains des États-Unis à Paris. Ce nouveau genre a captivé et unifié les français d’intérêts divers, et les musiciens qui le jouaient ont salué la France comme pays sans préjugés qui accueillait les personnes de couleur avec une chaleur et un enthousiasme sans précédent. La ville de lumière a-t-elle mérité cette critique élogieuse ? La réception des musiciens noirs à Paris dans les années vingt a-t-elle été aussi cordiale qu’on le pense, ou le traitement de ces personnes avait-t-il toujours un air raciste ? Pour répondre à la question, il faut d’abord examiner deux choses : les motivations pour lesquelles les musiciens noirs ont décidé de quitter les États-Unis et d’aller à l’étranger pour jouer le jazz, et les développements culturels en France dès 1870 jusqu’à la première guerre mondiale qui ont affecté l’attitude de la France à propos des noirs en général, et plus spécifiquement, les musiciens de jazz Afro-Américains.

Panelist 3: Michael Vo Panelist 3 Paper : Les garçons et la langue de l’amour : pourquoi n’apprennent-ils pas le français ?

Kissau & Wierzalis (2008), Graham (2004) et Martino (2008) ont trouvé que beaucoup d’étudiants considèrent que le français est une langue féminine ; par conséquent, la « genderization » de la langue mène à une baisse d’étudiants et d’enseignants de sexe masculin. Par ailleurs, je pense qu’il y a une corrélation entre la baisse de garçons et d’hommes qui veulent apprendre le français et la masculinité et la sexualité. Dans son étude de cas, Martino a examiné le rôle d’enseignants de sexe masculin, leurs sexualités, et l’homophobie à l’école primaire. Il écrit, « concerns about feminization and its potential to contaminate men’s and boys’ masculinity—and to raise questions about their sexuality—have intensified…since the mid-1800s » (Martino 190). Selon moi, cette citation insiste sur un lien entre l’identité de sexe et la masculinité pour les hommes ; cependant, ce qui se passe pour les élèves qui s’interrogent indubitablement sur les mêmes sujets pendant la puberté, un temps confus ? Dans cette composition, je vais parler de la « genderization » du français des points de vue des adolescents au collège et au lycée qui essayent d’établir leurs identités pendant la puberté. Spécifiquement, je vais parler des garçons qui ne veulent pas apprendre le français parce qu’ils pensent que la langue est très féminine ; et par conséquent, ils ne peuvent pas montrer le fonctionnement de leur masculinité. Donc, ils ont peur de perdre leurs masculinités, et par conséquent, ils ont peur que les autres garçons aillent envisager cette perte à sa sexualité. Je vais montrer que c’est à cause de l’homophobie et de la peur de perdre sa masculinité qu’ils n’apprennent pas le français.

Panelist 4 Name : Mary Fisher Panelist 4 Paper : Une attaque au cœur de la république: Quelles sont les implications des attaques racistes contre Christiane Taubira ?

Sous les regards fiers de ses parents une jeune fille âgée de 12 ans agitait une banane à la main et a crié à la Guyanaise Christiane Taubira, le ministre de la justice en France « La guenon mange ta banane ». Cela s’est passé pendant une manifestation contre le mariage pour tous à Angers en 2013 (Poirier). Quelques jours avant cet incident, Anne-Sophie Leclère âgée de 33 ans, une candidate du parti, du Front National aux municipales a mis sur Facebook un photomontage avec l’image de Taubira qu’elle comparée a un singe. Quelques jours plus tard, ce diptyque abominable était montré partout en France pendant un reportage de l’émission Envoyé spécial sur France 2 et Leclère a dit de Taubira « Je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement (sic) » (Libération1). Cette image nous rappelle le lynchage qui date de l’esclavage. Pourtant, le plus choquant était la réponse faible des politiciens français. Ce n’était qu’après le magazine d’extrême droite de « Minute » a publié une couverture titrée « Taubira trouve la banane » que le ministre de l’intérieur Manuel Valls a enfin condamné ces attaques racistes (Poirier). Malgré une association de l’extrême droite ces évènements racistes contre Christiane Taubira méritent l’attention parce que comme Taubira dit c’est « une attaque au cœur de la république » (Liberation, Rousselot, Faure). Ces assauts racistes menacent les principes de l’égalité, de la liberté et de la fraternité. Quelles sont les implications de ces nombreuses attaques racistes envers le ministre de la justice ? Un regard croisé avec les Etats-Unis sera considéré.



Brief Bio Note

Panelist 1 Name : Juliette Carrion Juliette Laure Cecile Carrion

Panelist 1 Paper : Le féminisme en France et aux Etats-Unis : 2000 à 2013

Panelist 1 Bio :

Juliette Carrion is currently pursuing a Master of Arts in French with concentrations in Applied Linguistics and Second Language Pedagogy at Georgia State University. She is a Teaching Assistant in the Department of Modern and Classical Languages. She graduated from the Université d’Aix-Marseille in Aix-en-Provence, France, with a Bachelor’s degree in English Studies. Her main interests are cultural, art, languages, sociology and women studies.

Panelist 2 Name : Julie Whiddon Julie Shea Whiddon

Panelist 2 Paper : La réception des musiciens Afro-Américains à Paris dans les années 20

Panelist 2 Bio :

Julie Whiddon is pursuing a Master’s Degree in French at Georgia State University. She graduated magna cum laude from Georgia Southern University with undergraduate degrees in French and Vocal Music. In 2010, she moved to Saumur France where she spent one academic year as an English Teaching Assistant at the Institution Saint-Louis. Throughout her undergraduate studies, she competed internationally with her collegiate choir and participated in several jazz ensembles as well.

Panelist 3: Michael Vo Michael Hung Vo

Panelist 3 Paper : Les garçons et la langue de l’amour : pourquoi n’apprennent-ils pas le

français ?

Panelist 3 Bio :

Michael Vo is currently a Master’s student at Georgia State University. He specializes in French literature. He obtained his Bachelor’s degree in 2013 from Emory University, where he studied French and Linguistics. It was during his studies at Emory that he developed an interest in Francophone literature, gender studies and language study. He is also an education intern at the Alliance Française as well as the Interim Vice President for the Union of Vietnamese Student Associations of Georgia (UVSAGA).

Panelist 4 Name : Mary Fisher Mary Fisher

Panelist 4 Paper :

Une attaque au cœur de la république: Quelles sont les implications des attaques racistes contre Christiane Taubira ?

Panelist 4 Bio :

Mary Fisher is a MA student in French studies at Georgia State University. She holds a Master in Science in Nursing from the University of Michigan and has worked as a nurse practitioner in woman’s health for over 30 years. She has lived in Metz, France and has worked at a French public elementary school in Paris. Teaching French to young children and woman’s health care, in francophone countries are her areas of interest.

Keywords

sociolinguistique, diglossie, bilinguisme, dialecte, perte d’identité

Location

Room 221

Presentation Year

2015

Start Date

3-26-2015 9:00 AM

End Date

3-26-2015 10:15 AM

Embargo

5-23-2017

This document is currently not available here.

Share

COinS
 
Mar 26th, 9:00 AM Mar 26th, 10:15 AM

Inside Out: Making and Breaking Boundaries in Race, Gender, and Education in France and the United States

Room 221

Panel Abstract:

Regardless of where one lives, race and gender present several unique challenges. This panel will focus on the acceptance of differences and overcoming common misconceptions that lead to conflicts in a society. This dilemma is universal as both the citizens of France and the United States must adapt to differences amongst themselves. The panel will discuss the implications of these issues in various settings. One presentation will examine the racism directed toward Christiane Taubira, a woman of color and French minister of Justice. A second paper will concentrate on gender identity and masculinity among young adolescent males learning French. A third presenter will discuss the impact of feminism and how it can shape current and future societies. The final presentation will explore the acceptance of African American musicians in post-war France and the historical motivations for leaving the United States to perform abroad. The objective of this panel is to facilitate a dialogue that encourages the exchange of ideas to affect positive change in race and gender relations.

Panelist 1 Name : Juliette Carrion Panelist 1 Paper : Le féminisme en France et aux Etats-Unis : 2000 à 2013

« Laissons donc là nos querelles d’hier. Toutes dans l’union, menons notre guerre. Devenons de nos mères les vengeresses et que nos filles disent et reconnaissent : Voilà ! Les sœurs suffragettes ! » En vous rendant au cinéma en 1964, vous pouviez entendre ces mots chantés avec enthousiasme par le personnage de Mrs Banks, joué par Glynis Johns, dans la production Walt Disney, Mary Poppins. Cette histoire dont l’action se déroule dans les années 1910, présente entre autres le personnage de Madame Banks, une mère de famille qui se bat pour obtenir le droit de vote et l’égalité des sexes. Cette lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes, aussi appelé féminisme, a déjà plus d’un siècle et comme tout mouvement, elle a connu une évolution à travers les années. On reconnait principalement trois périodes. La première vague de féminisme dont Mrs Banks et Florence Nightingale font partie couvre les années 1870 aux années 1930. Nous retrouvons ensuite la seconde vague, probablement la plus célèbre, qui connait ses début au cours des années 1960. Puis, nous avons une dernière vague qui voit le jour à la fin des années 80 et qui est toujours active aujourd’hui. Dans cet essai, nous tenterons de déterminer la particularité du féminisme des années 2000 en nous concentrant sur les Etats-Unis et la France. Tout d’abord, nous verrons comment il s’ancre dans une lignée de vagues féministes puis nous analyserons comment cette troisième vague s’est adaptée à la société. Puis pour finir, nous tenterons de répondre aux critiques auxquelles le mouvement fait face.

Panelist 2 Name : Julie Whiddon Panelist 2 Paper : La réception des musiciens Afro-Américains à Paris dans les années 20

Dans les années vingt, le jazz a explosé en toute sa popularité en France, ce qui a commencé une migration constante et soutenue des Afro-Américains des États-Unis à Paris. Ce nouveau genre a captivé et unifié les français d’intérêts divers, et les musiciens qui le jouaient ont salué la France comme pays sans préjugés qui accueillait les personnes de couleur avec une chaleur et un enthousiasme sans précédent. La ville de lumière a-t-elle mérité cette critique élogieuse ? La réception des musiciens noirs à Paris dans les années vingt a-t-elle été aussi cordiale qu’on le pense, ou le traitement de ces personnes avait-t-il toujours un air raciste ? Pour répondre à la question, il faut d’abord examiner deux choses : les motivations pour lesquelles les musiciens noirs ont décidé de quitter les États-Unis et d’aller à l’étranger pour jouer le jazz, et les développements culturels en France dès 1870 jusqu’à la première guerre mondiale qui ont affecté l’attitude de la France à propos des noirs en général, et plus spécifiquement, les musiciens de jazz Afro-Américains.

Panelist 3: Michael Vo Panelist 3 Paper : Les garçons et la langue de l’amour : pourquoi n’apprennent-ils pas le français ?

Kissau & Wierzalis (2008), Graham (2004) et Martino (2008) ont trouvé que beaucoup d’étudiants considèrent que le français est une langue féminine ; par conséquent, la « genderization » de la langue mène à une baisse d’étudiants et d’enseignants de sexe masculin. Par ailleurs, je pense qu’il y a une corrélation entre la baisse de garçons et d’hommes qui veulent apprendre le français et la masculinité et la sexualité. Dans son étude de cas, Martino a examiné le rôle d’enseignants de sexe masculin, leurs sexualités, et l’homophobie à l’école primaire. Il écrit, « concerns about feminization and its potential to contaminate men’s and boys’ masculinity—and to raise questions about their sexuality—have intensified…since the mid-1800s » (Martino 190). Selon moi, cette citation insiste sur un lien entre l’identité de sexe et la masculinité pour les hommes ; cependant, ce qui se passe pour les élèves qui s’interrogent indubitablement sur les mêmes sujets pendant la puberté, un temps confus ? Dans cette composition, je vais parler de la « genderization » du français des points de vue des adolescents au collège et au lycée qui essayent d’établir leurs identités pendant la puberté. Spécifiquement, je vais parler des garçons qui ne veulent pas apprendre le français parce qu’ils pensent que la langue est très féminine ; et par conséquent, ils ne peuvent pas montrer le fonctionnement de leur masculinité. Donc, ils ont peur de perdre leurs masculinités, et par conséquent, ils ont peur que les autres garçons aillent envisager cette perte à sa sexualité. Je vais montrer que c’est à cause de l’homophobie et de la peur de perdre sa masculinité qu’ils n’apprennent pas le français.

Panelist 4 Name : Mary Fisher Panelist 4 Paper : Une attaque au cœur de la république: Quelles sont les implications des attaques racistes contre Christiane Taubira ?

Sous les regards fiers de ses parents une jeune fille âgée de 12 ans agitait une banane à la main et a crié à la Guyanaise Christiane Taubira, le ministre de la justice en France « La guenon mange ta banane ». Cela s’est passé pendant une manifestation contre le mariage pour tous à Angers en 2013 (Poirier). Quelques jours avant cet incident, Anne-Sophie Leclère âgée de 33 ans, une candidate du parti, du Front National aux municipales a mis sur Facebook un photomontage avec l’image de Taubira qu’elle comparée a un singe. Quelques jours plus tard, ce diptyque abominable était montré partout en France pendant un reportage de l’émission Envoyé spécial sur France 2 et Leclère a dit de Taubira « Je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement (sic) » (Libération1). Cette image nous rappelle le lynchage qui date de l’esclavage. Pourtant, le plus choquant était la réponse faible des politiciens français. Ce n’était qu’après le magazine d’extrême droite de « Minute » a publié une couverture titrée « Taubira trouve la banane » que le ministre de l’intérieur Manuel Valls a enfin condamné ces attaques racistes (Poirier). Malgré une association de l’extrême droite ces évènements racistes contre Christiane Taubira méritent l’attention parce que comme Taubira dit c’est « une attaque au cœur de la république » (Liberation, Rousselot, Faure). Ces assauts racistes menacent les principes de l’égalité, de la liberté et de la fraternité. Quelles sont les implications de ces nombreuses attaques racistes envers le ministre de la justice ? Un regard croisé avec les Etats-Unis sera considéré.