Title

Francophone Literature

Titles of the Individual Presentations in a Panel

The Ethics of Looking in Benjamin Flao’s Kililana Song (Robert Kilpatrick) Intertextualité, interdiscursivité et l’obsession de la trace: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou (Benjamin Ngong) Culture majore, culture minore. Joséphine Baker : une histoire des identités françaises (Irina Armianu)

Subject Area

French and Francophone Studies

Abstract

The Ethics of Looking in Benjamin Flao’s Kililana Song

Is it possible to imagine tourism in the global South as anything other than a neocolonial enterprise, one which fundamentally reproduces the hierarchies and exploitations of colonialism? This question seems of particularly importance when we consider the acts of showing and looking, since visual culture, particularly in tourism marketing, often portrays postcolonial tourist destinations as commodities to be desired and consumed while concealing the troubling by-products of “development”. My paper contends that Benjamin Flao’s graphic narrative set in the Kenyan archipelago of Lamu, Kililana Song (2012-2013), both draws on conventions of the “tourist gaze” and proposes an alternative ethics of looking in what we might consider a form of “strategic exoticism” (Graham Huggan, The Postcolonial Exotic). I will refer to recent theories of narrative in graphic mediums and French theorist Michel de Certeau’s concept of the “rhetoric of walking” (L’invention du quotidien) to analyze several encounters Flao stages between tourists and human as well as non-human inhabitants of Lamu. I will argue, finally, that Flao manipulates framing and point of view in order to cast the reader/viewer as a participant in the narrative whom he invites to reconsider the ethics of her voyeuristic gaze.

Intertextualité, interdiscursivité et l’obsession de la trace: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Cette communication se propose de montrer comment, du point de vue de la réception, l’intertextualité, l’interdiscursivité et l’obsession de la trace opèrent concomitamment dans la production romanesque d’Alain Mabanckou et lui permettent d’asseoir, et ce dès son premier roman, un projet d’écriture singulier. En effet, dans Bleu Blanc Rouge (1998), roman d’initiation, ces concepts traversent le texte de manière imbriquée et forment une approche conjointe qui permet au jeune romancier d’alors de révéler une mathesis (Barthes) certes éclectique, mais dans laquelle la bande dessinée, curieusement, se taille une place de choix. Nous montrerons comment dans une démarche d’hybridation des genres, et alors même qu’elles contribuent à régir l’itinéraire narratif des personnages dans une relation de simultanéité avec le texte, les spécificités onomastiques semblent porteuses de signification dans ce sens qu’elles renvoient à des hypotextes très connus de la littérature populaire.

Culture majore, culture minore. Joséphine Baker : une histoire des identités françaises

‘‘Paris … la plus brillante ville du monde’’, ainsi l’appelle Henry James[1] qui y voit un site de rencontre culturelle et de refuge politique pour tous les artistes. Au cas de Joséphine Baker l’identité française ouvre un autre monde comme un point de référence révolutionnaire pour les noirs quittant une Amérique ségrégationniste des années 1920. Le célèbre quartier Montmartre a entendu le jazz des noirs dépaysés et a connu la plume d’une Gertrude Stein, d’un Scott Fitzgerald, ou de nombreux journalistes américains. Parmi ces artistes, cherchant la liberté dans toutes ses dimensions artistiques, Joséphine Baker reste comme une grande étoile noire sur le ciel des années folles parisiennes, dans les spectacles et le cinéma français.

Pour mieux répondre à cette question de l’identité française de Joséphine Baker il faut regarder Paris à ce moment de grand changement d’opinion publique. La question de la culture et de l’identité françaises en parallèle à l’ascension vertigineuse de Baker reste controversée. Après le colonialisme la magie qu’exerçait l’exotisme des mondes encore peu connus comme l’Afrique ou l’Amérique est vivante à travers l’emprise des musiciens, des danseurs ou des artistes plastiques. La question de l’artiste Baker et de son style est celle d’une culture mineure qui participe en marges à la construction de la culture française, inscrite dans la dissidence post colonialiste.

L’article présent propose un survol de cette personnalité parisienne d’origine américaine émigrée et assimilée à la société française, une figure artistique marquante des revues, de la danse et du musique-hall des années trente, entièrement engagée dans la lutte de la Résistance Française, et plus tard activiste dans le mouvement des droits civils aux Etats-Unis.

[1] Henry James. Occasional Paris. Americans in Paris, a literary anthology, edited by Adam Gopnik. ‘‘The Library of America’’, New York, 2004.128-140.

Brief Bio Note

Robert Kilpatrick Associate Professor at the University of West Georgia

His research focuses on Renaissance French and Neo-Latin literature, humanism and early modern theories of imitation. In the field of language pedagogy, his research interests include the development of proficiency-based assessment tools and the use of instructional technologies to enhance language learning.

Benjamin Ngong Associate Professor of French and Francophone Studies at Dickinson College

His research and teaching interests include 20th-century French novel, Francophone African and Caribbean literatures, cultures, and film, colonial and postcolonial studies. His published and forthcoming articles focus on the relationship of power to social and political violence as portrayed in African and Caribbean literature and film.

Irina Armianu Assistant Professor at the University of Texas-Pan American.

Irina Armianu is an Assistant Professor in the Department of Modern Languages and Literature at University of Texas-Pan American since 2012. A Romanian born scholar, she graduated from Rice University in 2010 with a research interest focused on the Rhetoric of the Modern Novel, the French Thought and Teaching with Technology. Among her areas of expertise she published and presented papers on postmodern topics on ‘‘L’art et l’argent, la rupture moderniste’’, "Kenizé Mourad and Early Middle Eastern Feminism’’ a study focused on Women and Gender Studies within racial and sexual crisis of identity as well as articles about the French Film Studies ‘‘Le cineaste Cocteau: une conception artistique au Carrefour de la littérature et des arts visuels’’. Based on her previous research interests on both French national identity, gender studies, and post colonialism the paper on this literature panel takes in discussion the reception of Josephine Baker, a female black dances coming in Paris from New York at the turn of the century. This topic presents a high interest in the way Josephine has witnessed and brought her own contribution not only to the surrealist and art deco revolution but also on changing the view on national identity in France after the First World War. The research on second language acquisition and teaching French with technology is focused especially on hybrid classes and it takes its conclusions from both the existing research literature as well as the experiments on computer-based programs and traditional classroom teaching conducted at UTPA in partnership with the Manufacturing Engineering Department.

Keywords

Tourist gaze, Benjamin Flao, Michel de Certeau, Rhetoric of walking, Mabanckou, Intertextualité, Interdiscursivité, Hypotexte, Hybridation, Bande dessinée, Littérature populaire, Culture majore, Culture minore, Joséphine Baker, Identités françaises

Location

Room 211

Presentation Year

2015

Start Date

3-26-2015 9:00 AM

End Date

3-26-2015 10:15 AM

Embargo

5-23-2017

This document is currently not available here.

Share

COinS
 
Mar 26th, 9:00 AM Mar 26th, 10:15 AM

Francophone Literature

Room 211

The Ethics of Looking in Benjamin Flao’s Kililana Song

Is it possible to imagine tourism in the global South as anything other than a neocolonial enterprise, one which fundamentally reproduces the hierarchies and exploitations of colonialism? This question seems of particularly importance when we consider the acts of showing and looking, since visual culture, particularly in tourism marketing, often portrays postcolonial tourist destinations as commodities to be desired and consumed while concealing the troubling by-products of “development”. My paper contends that Benjamin Flao’s graphic narrative set in the Kenyan archipelago of Lamu, Kililana Song (2012-2013), both draws on conventions of the “tourist gaze” and proposes an alternative ethics of looking in what we might consider a form of “strategic exoticism” (Graham Huggan, The Postcolonial Exotic). I will refer to recent theories of narrative in graphic mediums and French theorist Michel de Certeau’s concept of the “rhetoric of walking” (L’invention du quotidien) to analyze several encounters Flao stages between tourists and human as well as non-human inhabitants of Lamu. I will argue, finally, that Flao manipulates framing and point of view in order to cast the reader/viewer as a participant in the narrative whom he invites to reconsider the ethics of her voyeuristic gaze.

Intertextualité, interdiscursivité et l’obsession de la trace: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Cette communication se propose de montrer comment, du point de vue de la réception, l’intertextualité, l’interdiscursivité et l’obsession de la trace opèrent concomitamment dans la production romanesque d’Alain Mabanckou et lui permettent d’asseoir, et ce dès son premier roman, un projet d’écriture singulier. En effet, dans Bleu Blanc Rouge (1998), roman d’initiation, ces concepts traversent le texte de manière imbriquée et forment une approche conjointe qui permet au jeune romancier d’alors de révéler une mathesis (Barthes) certes éclectique, mais dans laquelle la bande dessinée, curieusement, se taille une place de choix. Nous montrerons comment dans une démarche d’hybridation des genres, et alors même qu’elles contribuent à régir l’itinéraire narratif des personnages dans une relation de simultanéité avec le texte, les spécificités onomastiques semblent porteuses de signification dans ce sens qu’elles renvoient à des hypotextes très connus de la littérature populaire.

Culture majore, culture minore. Joséphine Baker : une histoire des identités françaises

‘‘Paris … la plus brillante ville du monde’’, ainsi l’appelle Henry James[1] qui y voit un site de rencontre culturelle et de refuge politique pour tous les artistes. Au cas de Joséphine Baker l’identité française ouvre un autre monde comme un point de référence révolutionnaire pour les noirs quittant une Amérique ségrégationniste des années 1920. Le célèbre quartier Montmartre a entendu le jazz des noirs dépaysés et a connu la plume d’une Gertrude Stein, d’un Scott Fitzgerald, ou de nombreux journalistes américains. Parmi ces artistes, cherchant la liberté dans toutes ses dimensions artistiques, Joséphine Baker reste comme une grande étoile noire sur le ciel des années folles parisiennes, dans les spectacles et le cinéma français.

Pour mieux répondre à cette question de l’identité française de Joséphine Baker il faut regarder Paris à ce moment de grand changement d’opinion publique. La question de la culture et de l’identité françaises en parallèle à l’ascension vertigineuse de Baker reste controversée. Après le colonialisme la magie qu’exerçait l’exotisme des mondes encore peu connus comme l’Afrique ou l’Amérique est vivante à travers l’emprise des musiciens, des danseurs ou des artistes plastiques. La question de l’artiste Baker et de son style est celle d’une culture mineure qui participe en marges à la construction de la culture française, inscrite dans la dissidence post colonialiste.

L’article présent propose un survol de cette personnalité parisienne d’origine américaine émigrée et assimilée à la société française, une figure artistique marquante des revues, de la danse et du musique-hall des années trente, entièrement engagée dans la lutte de la Résistance Française, et plus tard activiste dans le mouvement des droits civils aux Etats-Unis.

[1] Henry James. Occasional Paris. Americans in Paris, a literary anthology, edited by Adam Gopnik. ‘‘The Library of America’’, New York, 2004.128-140.